Ingénierie Suisse


De longues années d’expérience et de tests pratiques sont à la base de la conception et du design des produits SWISSCAVE. Une catégorie de produits différente. Un système dont les fonctionnalités résistent à l’épreuve de l’usage au quotidien. Économique, non seulement par sa faible consommation d’énergie mais aussi grâce à un rapport qualité/prix très raisonnable.

Pour comprendre comment SWISSCAVE a vu le jour, il est important de savoir qu’avant, il n’y avait rien. Nous faisions partie depuis des années d’un cercle d’amateurs de vin et, à ce titre, nous avions possédé un certain nombre de produits pour le stockage et la climatisation du vin. Parmi lesquels des marques réputées et chères. Nous pourrions résumer ces expériences comme suit :

  • Dans ces armoires, il n’était généralement pas possible de disposer 2 rangées de bouteilles l’une derrière l’autre, sauf peut-être les petites bouteilles de Chianti. Donc il nous fallait disposer les bouteilles en une seule rangée. De ce fait, la capacité totale d’une armoire de 180 cm de hauteur se limitait à environ 100 bouteilles (au lieu de + de 200).
  • Et quand bien même nous parvenions parfois à disposer deux rangées de bouteilles l’une derrière l’autre, il nous était quasi impossible d’éviter que les bouteilles de la deuxième rangée ne touchent la paroi de fond. Ce contact conduisait à ce que le fond des bouteilles gèle et que le vin se cristallise (se dégrade), sans compter que les étiquettes prenaient l’humidité, moisissaient ou même se décollaient.
  • Certaines armoires étaient tellement humides, surtout dans leur partie inférieure, que non seulement les bouchons moisissaient, mais aussi les étiquettes tombaient des bouteilles.
  • Les magnums de Champagne (1,5 litre) ou même les grandes bouteilles de 3 litres étaient impossible à ranger.
  • De nombreuses armoires n’avaient pas de claies extractibles, mais seulement des claies fixes. D’autres avaient bien des claies extractibles mais qui coulissaient dans un guide et non pas sur ​​des roulements en acier. Dès que 12 bouteilles étaient rangées sur la claie, celle-ci n’était plus extractible, ou alors il fallait tirer si fort dessus que les bouteilles risquaient de tomber.
  • D’autres modèles avaient des claies facilement extractibles, qui cependant s’avançaient toutes seules dès que vous ouvriez la porte, de sorte que toute l’armoire menaçait de basculer vers l’avant.
  • Certaines armoires avaient des claies chromées, qui commençaient à rouiller après à peine 2 ans.
  • D’autres encore n’avaient que 4 ou 5 claies, ce qui signifie que nous devions empiler 30, 40 voire même 50 bouteilles par claie. La conséquence étant qu’avec le temps les claies devenaient si fortement courbées qu’elles finissaient par se détacher provoquant la chute des bouteilles de vin. Notre projet était encore en train de mûrir, lorsque ayant 40 ou 50 bouteilles par claie, nous cherchions à accéder aux bouteilles qui se trouvaient à l’arrière. En effet, avec le temps nous avions littéralement oublié de ce quel vin il pouvait bien s’agir.
  • Puis il y avait les armoires à vin bon marché, équipées d’un modèle d’échangeur qui rendit l’âme après environ 3 années de service (ce qui est une durée de vie usuelle pour ce type d’échangeurs).
  • Beaucoup d’armoires étaient construites au moindre coût. Avec des poignées et des châssis de portes en plastique, qui se déforment au fil du temps. Ces armoires étaient par ailleurs abondamment recouvertes d’habillage en plastique, ce qui les rendait à peu près aussi représentatives que le congélateur du magasin discount d’à côté. Et ceci même pour des marques exclusives se situant dans le segment de prix supérieur.
  • Et ensuite il y avait les groupes de froid émettant des niveaux de bruit de 45, 50 dB voire plus, ce qui correspond approximativement au niveau sonore d’une voiture qui passe (en agglomération).

Toutes ces expériences et d’autres nous ont finalement conduit à la définition d’un système fonctionnel qui réponde aux conditions d’exploitation réelles et aux exigences qualitatives pour un stockage irréprochable de vin : c’est la fondation de SWISSCAVE.